fr La naissance du robot Da Vinci

Rétrospective sur 50 ans de chirurgie

Il était une fois... la chirurgie ouverte

il etait_sommaire

Il était une fois... la laparoscopie

il etait_paro_sommaire

Les débuts de la chirurgie robotique

debuts_sommaire

La naissance du robot Da Vinci

naissance_sommaire

Da Vinci aujourd’hui

davinci_sommaire

Da Vinci dans le monde

monde_sommaire

Les avantages du robot da Vinci pour le chirurgien et le patient

avantages_sommaire

La Source-CHUV: un partenariat privé-public

partenariat_sommaire

La formation, essentielle pour la manipulation de da Vinci

formation_sommaire

Da Vinci et l’urologie

urologie_sommaire

Da Vinci et la chirurgie viscérale

visceres_sommaire

Da Vinci et la gynécologie

gyneco_sommaire

Da Vinci et l’ORL

orl_sommaire

L’avenir de la chirurgie robotique

avenir_sommaire

LA NAISSANCE

DU ROBOT DA VINCI

L’homme de Vitruve de Leonard de Vinci.

Le robot da Vinci. – © Sarah Carp

Nouvelle étape dans l’histoire de la robotique chirurgicale, da Vinci est né en hommage au maître Leonardo, qui, déjà il y a 500 ans, créait les premières esquisses de systèmes automatisés. Fabriqué et commercialisé par la société Intuitive, c’est un outil multidisciplinaire, créé à l’origine sur commande de l’armée américaine pour pouvoir opérer des soldats à distance. Mais attention, à distance ne signifie pas pour autant que le robot da Vinci soit un système autonome. En effet, cet équipement ne peut ni être programmé ni prendre des décisions. Chaque manœuvre chirurgicale est pilotée par le chirurgien. Da Vinci est destiné avant tout à aider les médecins à dépasser les limites de la main humaine.

 

Confortablement installé derrière la console du robot da Vinci, le spécialiste dispose d’une vision en 3D haute résolution du champ opératoire. Le chirurgien effectue les gestes opératoires avec des manettes depuis sa console. Les mouvements des doigts et des poignets sont mis à l’échelle, filtrés et instantanément convertis en micromouvements extrêmement précis dans les bras du robot.

 

Les mêmes mouvements qu’en chirurgie ouverte sont possibles et même une rotation de 540° du «poignet». Une souplesse que la technique de laparoscopie conventionnelle ne permet pas.

Manettes du da Vinci permettant une rotation de 540°. © Thierry Zufferey