r’Ose Transat Tenir le cap après un cancer du sein

Rebondir vers un nouveau cap

rebondir_sommaire

L’équipage

equipage_sommaire

Les dates-clé

dates-cle_sommaire

La traversée

traversee_sommaire

Journal de bord du 3 au 9 novembre

journal_sommaire

Journal de bord du 11 au 28 novembre

journal_sommaire_2

De retour sur la terre ferme

retour_sommaire_2

Ce qu’il faut savoir sur le cancer du sein

cancer_sommaire

Poursuivez l’aventure r’Ose Transat…

fin_sommaire

Journal de bord

Dimanche 3 novembre

 

J-1, Santa Cruz, Tenerife

«Le départ approche. Demain, nous appareillerons. Depuis que nous sommes arrivées au port de Santa Cruz, je me sens comme sur un nuage. Je vis mon rêve. Un rêve qui se concrétise et fera partie des plus beaux souvenirs de ma vie. Je savoure ces instants précieux, chargés d’émotions, le fruit d’une année de préparation intense. Tant de personnes m’accompagnent dans cette aventure. Sans leur soutien, je ne serais pas prête à larguer les amarres.»

«La journée d’hier a été consacrée à l’avitaillement pour nous permettre d’être autonomes pendant vingt-cinq jours. Stéphane a travaillé trois jours durant à la création d’un fichier Excel pour calculer les quantités précises dont nous aurons besoin. Une petite équipe a établi les plans de stockage des aliments et les a affichés dans le carré. »

Veille de départ, dans les rues de Santa-Cruz.

Lundi 4 novembre

 

Le jour J!

Lundi 4 novembre 2019, 12:30 UTC, départ du port de Santa Cruz

Mardi 5 novembre

 

18:00 UTC *

Vitesse du vent: 17 nœuds

Vitesse du bateau: 4,6 nœuds

 

* L’heure UTC (Universal Time Coordinated), en français Temps Universel Coordonné, est l’heure de référence internationale.

«Avarie! Sous un vent au portant, la drisse du gennaker a lâché. Voile dans l’eau. Mis le bateau nez au vent et remonté la toile sur le pont. Drisse abîmée, coincée au sommet du mât. En fin de manœuvre, Nadège a constaté que sa longe est cassée: goupille du mousqueton de mauvaise qualité. J’étais dans ma cabine quand j’ai entendu Muriel crier: «Tout le monde sur le pont avec son gilet!» pour repêcher la voile de 120m2 avant qu’elle ne passe sous les coques et ne s’enroule autour du safran ou de l’hélice du moteur. En attendant l’étape du Cap Vert, où nous pourrons réparer la drisse, nous continuons au portant, mais avec le génois et la grand-voile.»

Mercredi 6 novembre

 

12:00 UTC Baleines!

Vitesse du vent: 14 nœuds

Vitesse du bateau: 5 nœuds

«Le rythme régulier du voilier est propice à la création. Les après-midis sur Puma III sont donc dédiés aux activités des unes et des autres. Caroline, par exemple, exerce son talent de photographe. Elle prépare une exposition sur notre aventure. Tandis que Francesca enregistre fréquemment nos discussions dans l’optique de réaliser une série de podcasts autour de la traversée de la maladie. Quant à Nadège, elle s’est découvert un don de youtubeuse. Ensemble, nous avons commencé à tourner des tutos sur la vie à bord.»

Les vagues

 

Aujourd’hui,

Pour calmer mon esprit,

J’ai regardé les vagues.

Pour m’évader,

Loin des tensions.

Pour évacuer la colère,

Qui commence à m’envahir.

Ne plus penser,

Juste ressentir le mouvement de l’eau,

Sous l’étrave du bateau.

Regarder,

L’écume se former,

Sur le bleu des vagues.

Et regarder,

Un oiseau qui s’envole.

Ne plus penser,

Juste ressentir.

L’instant présent,

L’instant qui apaise mon esprit.

Jeudi 7 novembre

 

02:15 UTC

Vitesse du bateau: 5 nœuds

Vitesse du vent: 13 nœuds

Premier empannage

«Nous dégustons deux fois par jour des mets délicieux, variés et équilibrés, à base de produits frais achetés au marché de Santa Cruz. Chaque menu, confectionné sous la houlette de nos cheffes Stéphane, Francesca et Nadège, est un voyage sensoriel.»

Menu du jour

 

Salade de poireaux et betteraves
en vinaigrette au piment d’Espelette

 

Viande marinée de Chamonix façon Ottolenghi

Aubergines parmigiana

 

Salade aux dix fruits et rhum

Vendredi 8 novembre

 

00:01 UTC

Vitesse du bateau: 6 nœuds

Vitesse du vent: 15 nœuds

Magnifique clair de lune

«Cette nuit, Caroline est venue me réveiller à 23h45, soit 15 minutes avant mon tour pour que j’aie le temps de me préparer. Comme chaque nuit, la même routine se répète : enfiler une tenue de quart dans la cabine en faisant attention de ne pas interrompre le sommeil de sa voisine; monter dans le carré, faire chauffer de l’eau pour un thé ou une tisane, attraper une barre chocolatée ou des fruits secs, pour celles qui ont un petit creux, sortir sur le pont et prendre un gilet de sauvetage équipé de sa longe.»

Samedi 9 novembre

 

Vitesse du bateau: 7 nœuds

Vitesse du vent: 30 nœuds

Empannage. Vagues de 4 mètres

Cap sur le Vert

«C’est intéressant: une dynamique propre à chaque binôme se développe quand nous sommes de quart. Avec Nicole, je regarde les étoiles, nous parlons voile et montagne. Avec Carine, nous discutons des choses de la vie. Carine est la gentillesse et la douceur incarnées. Hier matin, avec Stéphane, nous étions assises au poste de pilotage, épaule contre épaule, en silence. Puis nous avons bavardé et ri aux éclats. Je n’ai pas encore eu l’occasion de faire un quart avec Nadège. Avec Francesca nous avons évoqué des reportages intéressants et des sujets sérieux. Chaque échange est un cadeau.»