fr E. Loureiro Paulo, C. Bertazzo Currat, V. Van den Bogaert et M. Locher

Faire face: 28 regards sur la pandémie

Introduction

Faire face

faire_intro_sommaire_02

Journal de bord #1

Agir

journal_sommaire

Témoignages

A. Lima Marchese, A. Garcia Gonzalez, T. Da Silva Francisco et D. Djordjèvic

faire_temoignage_0011

Journal de bord #2

Soigner

journal_soigner_sommaire

Témoignages

A. Pytel, C. Scyboz, V. Pryfer et C. Gircius-Montagner

temoignage_sommaire_022

Témoignages

E. Loureiro Paulo, C. Bertazzo Currat, V. Van den Bogaert et M. Locher

temoignage_sommaire_033

Journal de bord #3

Dépister

journal_depister_sommaire

Témoignages

Y. Besson, L. Simic, D. Serey Pinto et A. Veiga

temoignage_sommaire_044

Témoignages

L. Mettraux, J.-P. Chave, M. Villalon et R. Ribeiro Esteves

temoignage_sommaire_055

Journal de bord #4

(Se) protéger

journal_proteger_sommaire

Témoignages

S. M. Ferreira Oliveira, T. Meyer, F. C. Bagna et D. Hardouin Duparc

temoignage_sommaire_066

Témoignages

M. A. Oliveira Monteiro Gomes, A. Hick Duvoisin, R. Payat et E. Quirante

temoignage_sommaire_077

Tout a été chamboulé, aussi bien sur le plan professionnel que privé. Je venais travailler avec une certaine appréhension et je me posais beaucoup de questions sur la façon dont allait se dérouler ma journée. Comme je travaillais avec des patients Covid, ma plus grande peur était de me faire contaminer et de contaminer d’autres patients ou mes proches. Certains d’entre eux n’ont plus voulu me voir simplement parce que j’étais infirmière… Notre équipe du 4e est très soudée et c’est grâce à cela que nous avons réussi à passer à travers cette période difficile. Le fait de pouvoir compter sur ses collègues ça change tout.

 

Estefânia Loureiro Paulo
Infirmière HES

Durant les premiers mois, nous avons dû être très réactifs pour nous adapter aux nouvelles recommandations. Nous avons élaboré différents cas de figure pour que la Clinique puisse continuer de fonctionner. Comment faire si tout à coup les frontières ferment, si la moitié de nos infirmières se retrouvent sans solution de garde pour leurs enfants? Comment remplacer les collaborateurs atteints du Covid? Comment gérer leur retour au travail? Heureusement, le pire ne s’est pas produit et la plupart de ces scénarios sont restés à l’état d’hypothèses. C’était si intense que je n’ai pas eu le temps d’avoir peur.

 

Carolina Bertazzo Currat
Cheffe de projet RH

Aux Soins intensifs Covid, nous avons tous perdu notre étiquette de physiothérapeute, d’infirmier ou de médecin. Nous étions tous soignants. Simplement. Ça m’a beaucoup plu. Parmi les images fortes que je garde de cette période, il y a les premiers pas d’un patient qui remarche après avoir été extubé. Ou la joie d’un autre qui parle à un proche par écran interposé. J’ai été impressionnée de voir à quel point les émotions peuvent passer même à travers un écran. Quand j’entrais dans l’Unité des soins intensifs, je me demandais toujours ce que j’allais pouvoir dire aux patients pour les faire sourire, au-delà des soins à proprement parler.

 

Vanessa Van den Bogaert
Physiothérapeute

J’ai vécu une année dense, éreintante mais malgré tout passionnante. Professionnellement, il y a beaucoup de points positifs qui sont ressortis de cette crise. Elle nous a permis de remettre sur le devant de la scène la prévention de l’infection: l’hygiène des mains et le port du masque sont devenus notre quotidien. Cette dernière année avant la retraite a été un véritable feu d’artifice pour moi!

 

Michèle Locher
Infirmière responsable HPCI (Hygiène Prévention Contrôle de l’Infection)
Membre de la cellule de crise